4 hommes nous racontent leur premier amour - BIG Blog
15 49.0138 8.38624 1 1 4000 1 https://www.bigmoustache.com/blog 300 0

LIVRAISON PAR MONDIAL RELAY GRATUITE, DÈS 50€ D'ACHATS (FRANCE MÉTROPOLITAINE) 🎉

01 48 05 08 73

4 hommes nous racontent leur premier amour

Premier amour


Le cœur qui s’emballe, un chamboulement, de la passion ou encore une complicité inexplicable… Le premier amour est généralement fort et surtout… unique.
Alors, voilà. Aujourd’hui, c’est vous qui parlez.

Un grand merci à Henri, Martin, Jean-François et Jean-Claude qui ont accepté de nous raconter leur premier amour : 4 hommes, 4 générations, 4 histoires différentes et surtout 4 histoires qui font chaud au cœur. 

Le premier amour de Martin
– 24 ans / Chargé de marketing et partenariats

“A l’époque, j’avais fêté mon 6ème anniversaire chez Pierre, un copain d’enfance, et c’est là que j’ai rencontré sa petite sœur. Bon, qu’on se le dise, je pensais qu’à manger le gâteau à ce moment-là. Mais je me devais de raconter la première fois que je l’ai vue. 

C’est au lycée, après qu’elle se soit séparée de son copain en été, qu’on a vraiment commencé à faire connaissance. Elle habitait juste à côté de chez moi ;  on se voyait souvent.

Promener le chien était un peu l’excuse pour passer du temps avec elle. 

De fil en aiguille, on sentait que le courant passait plutôt bien, et je dois dire que j’avais déjà un petit coup de cœur. Je n’avais aucun mal à être moi-même, je faisais l’idiot sans me soucier de ce qui nous entourait. Puis, un jour, on était assis sur un banc à côté du lavoir de l’église de Sévigné, il y avait même la musique de Birdy derrière, et ça a été le moment de notre premier bisou. Franchement ? Je n’étais pas bien, je tremblais parce que je l’aimais vraiment beaucoup. 

Ensuite l’été est passé, on continuait de se voir de temps en temps mais je sentais qu’elle prenait ses distances. J’avais repiqué donc je me suis retrouvé en Terminale avec elle, et elle a décidé de se remettre avec son ex. On est chacun parti en DUT dans une ville différente mais on est resté en contact, sans se raconter nos histoires de cœur. On connaissait nos situations mais on n’en parlait pas. 

Puis, il arrivait qu’on se retrouve en boîte, et le feeling était toujours le même donc on finissait par s’embrasser. Honnêtement j’étais dans l’attente qu’elle veuille plus avec moi, donc j’acceptais qu’on ne se mette pas ensemble, puisque parfois elle avait des copains. Je ne lui disais pas les choses clairement, elle ne savait pas que j’avais un réel coup de cœur pour elle.

On est parti après tous les deux en Erasmus, elle en Espagne et moi, en Lettonie. Je ne pensais pas à elle la plupart du temps, même si je dois avouer que certaines choses me la rappelaient, comme des musiques. En revenant de cette expérience, on a fait un festival ensemble puisqu’on avait des amis en commun et le fait de la revoir m’a chamboulé. 

On a passé la soirée juste tous les deux et rebelote, c’est reparti comme en 40. On est rentré ensemble et j’ai décidé de lui poser un ultimatum parce que j’en avais marre d’attendre d’être pleinement avec elle. C’était : soit on se mettait ensemble, soit on arrêtait de se parler. Elle a choisi la seconde option. 

Quelques mois plus tard, elle m’a envoyé un message pour qu’on aille boire un verre un soir, j’ai accepté et l’ai retrouvée à 22h. On a terminé ce(s) verre(s) à 5h du mat. On a beaucoup rigolé, mais elle m’a aussi dit des choses que je n’avais pas envie d’entendre, notamment la réelle raison qui la poussait à ne pas se mettre avec moi. Ça m’a fait beaucoup de mal, c’était difficile à digérer parce que cette nuit-là a été la nuit des révélations, on a tout mis à plat et on s’est dit des choses qu’on ne s’était jamais dites. On est rentré chez moi et quand elle est partie le lendemain, j’ai tremblé toute la journée.J’étais déçu de ce qu’il s’était passé, je remettais tout en question. Ce n’était pas la soirée que j’avais imaginée.

J’ai pris de la distance et les rôles se sont peu à peu inversés, elle était prête à faire quelque chose avec moi mais je ne l’étais plus, par manque de confiance en elle.
On a laissé couler le truc, mais dès qu’on se voyait grâce à nos potes en commun, c’était toujours le même effet.

On s’est revu il y a 2 ans pour sa dé-pendaison de crémaillère et c’est là que je lui ai avoué que c’était la seule femme dont j’étais tombé amoureux.

On s’est ré-embrassé ce soir-là. Quelques jours après on a décidé de tout arrêter pour se préserver. A l’heure actuelle, entendre parler d’elle me fait plaisir, mais on s’est croisé, on n’a pas été prêt au même moment. 

Pour moi, l’amour c’est comme le backgammon, pour gagner il faut connaître un minimum les règles et ensuite la chance décide l’issue de la partie. Et bien il semblerait que j’ai plus de chance au backgammon qu’en amour.” 

Le premier amour de Jean-François
– 47 ans / Responsable paie

J’avais 30 ans quand j’ai connu le vrai amour et c’est grâce à AOL

C’était un moteur de recherche qui recensait énormément de sites web et qui permettait aussi de discuter avec des personnes abonnées à AOL. On utilisait des filtres pour trouver des gens avec les mêmes centres d’intérêt et je dois avouer que je contactais toutes les femmes qui apparaissaient dans la feuille de résultats. Et, spoiler, j’ai contacté ma femme actuelle au hasard.

On a tchaté, sans savoir à quoi l’autre ressemblait, il n’y avait pas de photos. 

C’était au fil de la discussion qu’on pouvait demander des photos. Pour le coup j’avais envoyé une vraie photo de moi, mais elle n’avait pas de webcam donc elle m’envoyait des fausses photos. On a discuté comme ça pendant deux, trois semaines puis elle m’a demandé un jour quand est-ce que je venais la voir… et j’ai décidé d’y aller le soir-même. J’ai pris la route à 23h pour Rambouillet (j’habitais St Michel sur Orge). On s’était donné rendez-vous dans un bowling, et surprise ! Quand je suis arrivé, elle était avec sa sœur et un pote, j’ai trouvé ça très fun même si je pensais qu’elle serait seule. 

C’était un petit coup de cœur pour le coup, elle était très jolie et fidèle à elle-même. On a bu quelques verres, sa sœur et son pote sont partis, on a continué de discuter jusqu’à la fermeture du bowling. J’avais emmené mon berger allemand, Whisky, que j’ai sorti à la fin,  et là, grosse blague, elle est tombée amoureuse de mon chien avant de tomber amoureuse de moi. SUPER.

Ensuite on s’est revu chez moi quelques jours après (merci Maman de m’avoir aidé à préparer mon appartement), elle était très contente de revoir le chien (rires) et a eu lieu notre premier bisou. Tout s’est fait assez rapidement. Un mois après, on s’est présenté nos parents pour une histoire de camionnettes. Mes parents avaient besoin d’un petit camion pour déménager et son père en avait une donc c’était l’occasion idéale pour faire les présentations. Après trois, quatre  mois, on a emménagé ensemble parce que les aller-retours commençaient à être un peu fatigants. 

Je dois dire que le côté hyper animant de cette relation, c’est que toutes les étapes se sont faites sur un coup de tête.

Typiquement, un an et demi après notre rencontre, l’idée de se marier ne nous attirait pas du tout. Mais un samedi matin en me réveillant, pour rigoler un peu, je lui ai dit “on se marie ?”, elle a répondu “oui” pour rire aussi. 

L’après-midi on était en train de chercher les bagues de fiançailles très sérieusement. C’est trois ans après qu’on a eu des jumeaux. Et encore aujourd’hui, on fonctionne beaucoup à deux. Toutes les décisions sont communes. C’est la première femme qui m’a fait me projeter et elle continue de le faire, si c’est pas beau ça ?

Le premier amour de Henri
– 24 ans / Consultant IT

“Alors pour ma part, j’attaquais ma 2ème année de prépa d’école ingénieur quand j’ai remarqué une première année. Elle était sublime. 

Bon, en couple depuis trois ans… Mon papa m’a toujours dit de respecter les femmes donc j’ai décidé de dire « oui papa » et de rester sérieux (rires). 


Les années de prépa sont un peu compliquées, on a beaucoup de travail sur du long terme et seulement quelques soirées pour décompresser et souffler. Et c’est à la soirée de Noël, qui se passait en boîte à la Chamade de Brest, que Manon, la fille que j’avais repérée, est venue échanger quelques mots. Incroyable : on s’était repéré tous les deux ! Je dois avouer qu’elle ne m’a pas laissé insensible mais, sérieux oblige, pas de dérapage possible.

Le lendemain, elle m’a contacté sur Facebook (oui, on se fait vieux) et à partir de là, on a échangé beaucoup de messages sur quelques mois. On a appris à faire connaissance puis ça m’a donné envie de creuser. Alors, pour faire les choses bien, j’ai quitté ma copine et proposé à Manon une rencontre au sommet. 

Je me rappellerai toujours d’une chose :  j’avais peur de ne pas remplir des cases importantes pour elle.

Typiquement : elle fumait, et ce soir-là, elle m’a demandé si moi aussi. J’étais archi sportif donc la vérité était non, mais j’ai répondu oui parce que j’avais peur de passer pour un con. Je voulais mettre toutes les chances de mon côté, donc j’ai menti et c’est bien passé (du coup je l’ai un peu trop refait).

Ce soir-là, il était prévu qu’elle dorme chez moi, elle est donc venue ; mais on n’a pas fait l’amour. Je me souviens lui avoir dit qu’on ne le ferait pas ce soir-là, et avoir ajouté une petite phrase du genre “qui ne tente rien n’a rien”. Elle m’a répondu “non Henri”.  Bon, vous connaissez la suite, on a dormi blotti l’un contre l’autre. 

A partir de là, il y a eu tout un jeu de séduction très animé, et les choses se sont faites assez naturellement. On a décidé de se mettre ensemble et de faire notre bout de chemin.

Pendant 2 ans tout se passait bien, notre relation était plutôt passionnelle. Mais manque de bol, on était tous les deux scorpions, on l’est toujours à l’heure actuelle d’ailleurs. On a deux gros caractères, ce qui a généré beaucoup d’histoires, de jalousie et donc d’embrouilles. On a connu des ruptures, puis des rabibochages, pendant 4 ans. 

Après réflexion, notre relation a été malsaine par moments et on s’est fait beaucoup de mal des deux côtés, mais c’était vivant. Je me sentais vibrer et je n’avais jamais connu ça avant, même si j’avais eu des copines. C’était beaucoup de fusion et une relation unique. C’est mon premier amour.
Cette fille, c’est un gros coup de cœur et un lien inexplicable. Même si on était tous les deux très différents, tant sur le style de vie que les centres d’intérêt. Elle m‘a beaucoup apporté, qu’il s’agisse de relativiser ou de m’ouvrir à la culture !

Franchement j’ai le sentiment que je ne retrouverai pas l’intensité que j’ai connue avec elle avec quelqu’un d’autre.

J’ai d’ailleurs la fâcheuse manie de comparer mes nouvelles rencontres à elle, ce qui est assez indélicat.
Alors oui, les disputes et les cassures nous ont séparés, mais aujourd’hui encore ça nous arrive de nous écrire, on se dit même parfois qu’on se manque. Mais on a un passif trop tumultueux pour repartir de zéro et faire comme si de rien n’était. C’est terrible de le dire, mais on s’est sûrement rencontrés trop tôt.“

Le premier amour de Jean-Claude
– 79 ans / Retraité

“J’ai connu mon premier amour à 13 ans. Mes parents étaient amis avec un autre couple, qui avait une fille. La première fois que je l’ai rencontrée, je me souviens l’avoir trouvée très jolie. On s’est de suite bien entendu, on jouait beaucoup ensemble quand nos parents se voyaient.

Elle me faisait rire et m’impressionnait un peu, malgré mon jeune âge.

A l’époque, on n’avait pas les téléphones pour garder contact et la discrétion devait être de mise. On ne pouvait pas flirter publiquement, donc on a continué à se voir en cachette. La piscine était notre point de rendez-vous. Elle faisait de la natation et moi aussi puisque je jouais à haut niveau dans une équipe de Water Polo. 

On n’a jamais officialisé ce flirt, parce que dans le temps, qui disait “officialisation” disait “mariage”, c’était la règle. Je dois dire que cette fille avait toutes les qualités : drôle, attentionnée, généreuse et jolie, mais nos chemins se sont peu à peu séparés à cause du sport qui me prenait énormément de temps ; j’avais beaucoup d’entraînements. 

Après quelques années à partager de bons moments sans pour autant entamer une relation sérieuse, nos rencontres se sont espacées et le souvenir s’est installé. Nous n’avons jamais repris contact. C’était mon premier amour. Depuis j’ai rencontré Françoise, ma femme et la mère de mes deux enfants et je n’ai aucun regret sur mon histoire sentimentale.

Les premières amours marquent une vie. Leur magie ? Elles peuvent arriver à tout âge ! Et vous, avez-vous rencontré votre premier amour ?

Merci messieurs pour vos confidences.

Partager:
ARTICLE PRÉCÉDENT
Comment entretenir des cheveux crépus ?
ARTICLE SUIVANT
Documentaires Netflix : nos 5 coups de cœur

0 Commentaire

Répondre