Armée et masculinité ? - BIG Blog
15 49.0138 8.38624 1 1 4000 1 https://www.bigmoustache.com/blog 300 0

Livraison offerte à partir de 50€ (France métropolitaine)

01 48 05 08 73

Armée et masculinité ?

Dimitri barbier

Dimitri s’est engagé à 19 ans dans la marine nationale pour assouvir sa soif d’indépendance et d’aventures. 8 ans plus tard, il s’est reconverti pour devenir barbier chez Big Moustache. Il raconte comment il a vécu son aventure militaire !

Dimitri, le matelot dans la marine !

Avais-tu des obligations capillaires à l’armée ?

Tout à fait ! C’était un passage toutes les deux semaines chez le coiffeur minimum. L’important était que les côtés et la nuque soit bien dégagés, on pouvait avoir un peu plus de longueur sur le dessus puisque le bachi – le béret avec le pompon rouge – le cachait ! Au niveau du poil, c’était tout ou rien : soit rasé, soit la barbe avec une certaine longueur, 5 ou 6 centimètres. Si tu étais entre les deux, il fallait tout raser !

Comment as-tu vécu ces obligations ?

Plutôt bien ! On sait pourquoi on s’engage, on sait qu’il y aura des obligations. Il fallait se raser quasi-quotidiennement ! Mais dans ces moments-là je relativisais : c’était pour nous conditionner, nous inculquer de la rigueur… Puis à l’époque, la barbe n’était pas aussi populaire qu’aujourd’hui. Donc cela ne me dérangeait pas de ne pas en avoir !

interview barbier

Le fait de raser tes cheveux et ta barbe régulièrement te faisait-il sentir moins viril ?

Non ça n’a pas affecté ma virilité, au contraire, c’est ce que je recherchais ! J’avais besoin d’un cadre, d’une rigueur, d’une hygiène de vie. Je me sentais mieux dans cette vie-là que dans une vie d’adolescent rebelle qui se laissait aller !

Te trouvais-tu beau en te regardant dans la glace ?

A cette époque de ma vie, je me fichais de la beauté. J’avais la tête et l’esprit d’un militaire, l’image était secondaire. Je ne m’étais pas engagé pour faire le top model.

As-tu une anecdote, une mésaventure à nous partager concernant ton expérience à l’armée ?

J’avais certains problèmes de peau et le rasoir ne me convenait pas vraiment. Les rasages obligatoires étaient désagréables et me causaient des rougeurs, si bien que j’ai essayé de ne pas me raser un jour pour voir si cela passerait : ça n’est pas passé. On m’a alors renvoyé dans ma chambre pour le faire, mais problème : je n’avais pas de crème à raser ! Donc dû me raser à sec, simplement avec un peu d’eau. Je l’ai senti passer !

Tu as devant toi le jeune Dimitri de 19 ans, qui ne s’est pas encore engagé. Que lui dis-tu ?

Je lui dirais de s’engager ! Je pense que sans l’armée, je ne serais pas là aujourd’hui. J’aurais continué mes études pour arriver à un métier qui me plaisait moins qu’aujourd’hui, j’aurais perdu du temps !

dimitri big moustache

Dimitri, le barbier

Dans quelle mesure ton expérience à l’armée t’a-t-elle amené à être barbier aujourd’hui ?

J’ai toujours eu la hantise du coiffeur. Le problème, c’est que dans l’armée, tu es obligé d’y aller toutes les deux semaines ! Je supportais mal, je ressortais déçu et un jour j’ai eu le déclic : je me suis acheté une tondeuse et j’ai commencé à me couper les cheveux seul ! Rapidement, mes collègues m’ont demandé de m’occuper d’eux, j’ai appris sur le tas. J’ai eu beaucoup de bons retours, alors j’ai songé à me reconvertir !

Aujourd’hui, quel est ton style de barbe ?

Personnellement, je n’ai pas de poils sur les joues, j’ai beaucoup de trous ! J’ai donc appris à tricher, je garde la moustache et le bouc. J’utilise parfois un gel de rasage pour tracer les contours de ma moustache et un peu d’huile à barbe pour hydrater le poil !

Ton passage à l’armée a-t-il influencé ton « style de coiffure » en tant que barbier ?

Pas vraiment ! Mon style vient de mes goûts et de ma formation. Ce n’est donc pas à l’armée que j’ai acquis mon style, tout cela est venu ensuite !

Partager:
ARTICLE PRÉCÉDENT
4 symboles sur l’étiquette de vos vêtements qu’il faut connaître !
ARTICLE SUIVANT
Quizz : vous rasez-vous écolo ?

0 Commentaire

Répondre